Comparer

Vous pouvez retrouver sur cette page les différents comparatifs d’EpargneDirect :

Nos derniers articles sur les placements
Retour sur les points clés à avoir en tête lors de la souscription d’une assurance vie. Mode de gestion, fiscalité, etc. nous revenons dans cette article sur les points essentiels à savoir. L’assurance vie en 5 objectifs L’assurance vie permet notamment de : 1) De se constituer un capital, 2) De faire fructifier son argent, 3) De diversifier son patrimoine en plaçant ses disponibilités, 4) D’échapper à une fiscalité trop lourde, 5) De récupérer tout ou partie de votre capital (en Fonds Euros) rapidement, que vous ayez un besoin ponctuel de liquidités ou la volonté d’accroître vos revenus de façon régulière. Retour vers le Haut Les modes de gestion… comment choisir entre gestion libre, sous mandat, profilée ou pilotée ? Lors de la souscription d’un contrat d’assurance vie il vous sera généralement proposé différentes options de gestion : libre, sous mandat, profilée et pilotée. Ce choix de mode de gestion est surtout valable sur les contrats multi-supports (par opposition aux contrats mono-supports qui ne proposent que des investissements en Fonds Euros). La gestion libre : pour les investisseurs avisés qui maîtrisent les marchés financiers C’est le porteur du contrat (et donc vous) qui déterminez sur quelles supports vous investissez directement votre épargne. Par opposition aux contrats sous mandat, les contrats libre multisupports s’adressent à des investisseurs connaissant les marchés financiers. Dans un premier temps il faudra que vous déterminiez la répartition souhaitée entre Unité de Compte (également appelé “UC”), et Fonds Euros. En pratique, cette répartition n’est pas / plus tout à fait libre – en effet, suivant les assureurs, on vous demandera peut-être un % minimum d’UC ou on vous offrira différents “avantages” liés à une répartition plus importante de votre investissement en Unité de Compte.L’avis d’EpargneDirect La raison est assez simple : le rendement des Fonds Euros sont en baisse constante depuis plusieurs années ce qui amène les assureurs à pousser vers une répartition plus orientée vers les UC. Attention, si les Fonds Euros sont garantis, les placements en Unité de Compte (SICAV, FCP, FCPI, Fonds Actions, Obligataires, Multi-Actifs, Alternatifs, etc.) sont beaucoup plus risqués car dépendant de la conjoncture économique et/ou des marchés financiers. Quand votre choix se porte vers des SICAV ou des FCP les critères sont alors fonction de la composition du fond et de la qualité du gestionnaire. L’épargne est en effet investie sur des supports financiers qui ont chacun leur particularité : majoritairement actions françaises ou européennes, obligations, etc. En gestion libre, il appartient au souscripteur du contrat de déterminer sur quel(s) type(s) d’actif il souhaite se positionner. En principe, les multisupports comportent un fonds libellé en euros assorti d’un taux minimum garanti et d’un effet de cliquet qui interdit à l’assureur de reprendre un gain acquis. Les multisupports permettent de réaliser une opération de gestion patrimoniale globale puisque le souscripteur peut investir dans des Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières (ou OPCVM) du monde entier. Le souscripteur détermine sa propre stratégie d’investissement et procède à la ventilation de son épargne parmi les supports financiers proposés au contrat, selon sa propre connaissance des marchés financiers. De fait, le souscripteur ne bénéficie pas de la connaissance des marchés financiers d’un gestionnaire, puisqu’il lui appartient également de réaliser les arbitrages en fonction de l’évolution des marchés. Pour une performance optimum, le souscripteur de ce type de contrats doit donc être attentif aux opportunités des marchés financiers et avoir de bonnes connaissances en matière d’environnement et de produits financiers.L’avis d’EpargneDirect Retour vers le Haut La gestion sous mandat : pour les “gros” investisseurs souhaitant confier à un professionnel le choix des allocations La gestion sous mandat consiste à donner à un professionnel de la finance la gestion de l’épargne placé en assurance vie. C’est donc ce tiers (le “gérant”) qui va notamment choisir les allocations entre UC et Fonds Euros et effectuer les arbitrages au fur et à mesure du temps. L’intermédiaire va déterminer le profil de risque de son client (Fort, Moyen, Faible, etc.) afin de pouvoir déterminer ensuite les choix d’investissements. Le mandat est donc généralement individualisé et discuté en amont de sa conclusion. Ce contrat de mandat d’arbitrage sera signé avec une société de gestion (souvent une banque privée) qui devra vous indiquer clairement les frais associés à sa gestion (frais directs et indirects). Cette dernière aura également l’obligation légale de vous communiquer un récapitulatif annuel consolidé des différents frais attenant à la gestion de votre capital. La gestion sous mandat est donc soit plutôt orientée pour des montants d’investissements très importants soit pour un investisseur ne souhaitant pas intervenir dans la gestion en échange d’une commission.L’avis d’EpargneDirect Retour vers le Haut La gestion profilée Dans ce type de gestion, l’intermédiaire financier vous propose de choisir parmi des profils types prédéterminés qui ont généralement des noms assez parlant (par exemple “prudent”, “équilibré”, “dynamique”, “audacieux”). Retour vers le Haut La gestion pilotée Cette gestion consiste à confier à l’intermédiaire le soin de gérer le contrat d’assurance vie. C’est lui qui va notamment effectuer les différents arbitrages (ou choix d’investissement ou de désinvestissements). Retour vers le Haut Conclusion : l’assurance vie, un outil d’épargne à différentes facettes – L’assurance vie, la solution pour bénéficier d’une fiscalité avantageuseUne imposition de vos plus-values limitée, – L’assurance vie : un outil de transmission et de protection du patrimoineL’assurance vie est en effet un outil d’optimisation de la transmission de son patrimoine évitant dans de nombreux cas des droits de succession. L’assurance vie permet également de privilégier certaines personnes et d’assurer l’avenir de sa famille, ou de ses proches, indépendamment des liens matrimoniaux ou de filiation. – L’assurance vie peut enfin, garantir ou rembourser un emprunt Retour vers le Haut [...] Lire la suite…
Qu’est-ce qu’une vente à découvert (VAD) et quels sont les risques ? Les marchés boursiers sont un lieu fascinant et complexe pour les investisseurs. Si la plupart des gens connaissent le principe des achats et des ventes, peu savent comment fonctionne la vente à découvert (VAD). Cet article explique ce qu’est la VAD et quels sont les risques pour les investisseurs qui l’utilisent. Qu’est-ce que la vente à découvert ? La vente à découvert (VAD) est une méthode d’investissement spécifique utilisée par les investisseurs qui anticipent une baisse des cours des actions. Dans cette stratégie, l’investisseur vend des titres qu’il ne détient pas encore, en se basant sur l’hypothèse que leur valeur diminuera à court terme. Ainsi, lorsque le titre en question baisse effectivement, l’investisseur pourra acheter les actions moins chères et réaliser des bénéfices. La VAD est donc un investissement très risqué, car si les prix des actions augmentent, l’investisseur peut perdre de l’argent. Comment fonctionne la VAD ? La VAD est une opération complexe qui nécessite que l’investisseur établisse un « emprunt » auprès de son courtier en lui remettant des liquidités ou des titres en garantie. Une fois cet emprunt établi, l’investisseur peut alors vendre des titres qu’il n’a pas encore acquis. La vente se fait sur le marché, et le courtier achète les titres à la place de l’investisseur. Par la suite, l’investisseur doit acheter les titres au prix du marché, et le courtier les achète à la place pour rembourser l’emprunt. Risques liés à la VAD Comme mentionné précédemment, la VAD est une forme d’investissement très risquée, car tout retournement de marché peut entraîner une perte d’argent. Cependant, on peut distinguer deux principaux risques : Le premier est le risque de perte potentielle. L’investisseur doit être conscient que s’il vend des titres qu’il ne possède pas encore, il pourrait perdre de l’argent si les prix des actions augmentent. De plus, les commissions prélevées par le courtier pour la transaction et les intérêts du prêt peuvent réduire encore les bénéfices attendus. Le second risque est le risque d’illiquidité. Si l’investisseur ne peut pas acheter les titres rapidement, il pourrait être contraint de les acheter à un prix plus élevé que celui du marché, ce qui reviendrait à perdre de l’argent. Qu’est-ce qu’une vente à découvert (VAD) et quels sont les risques ? La vente à découvert est une méthode risquée qui peut entraîner des pertes importantes pour l’investisseur. Les risques associés à la VAD sont le risque de perte potentielle et le risque d’illiquidité. Les investisseurs doivent donc comprendre le fonctionnement et le risque associé à la VAD avant de se lancer dans des opérations à court terme. [...] Lire la suite…
Investir en Private Equity c’est quoi et quels sont les risques ? Depuis la seconde moitié du XXe siècle, le Private Equity est devenu un moyen très populaire pour les investisseurs de diversifier leurs portefeuilles et de maximiser leurs profits. Cependant, au fur et à mesure que les investisseurs s’intéressent de plus en plus aux avantages que ce type d’investissement peut offrir, ils doivent également considérer les risques qui y sont associés. Dans cet article, nous discuterons de ce qu’est le Private Equity et des risques qui sont liés à l’investissement. Qu’est-ce que le Private Equity ? Le Private Equity est un terme générique qui fait référence à des fonds d’investissement privés, qui peuvent être financés par des banques, des institutions financières ou des particuliers. Ces fonds peuvent acheter des entreprises ou des parts minoritaires dans des entreprises qui ne sont pas cotées en bourse, leur permettant ainsi de contrôler ces entreprises et de prendre des décisions stratégiques visant à augmenter leur valeur. Les actions des fonds de capital-investissement sont généralement achetées en dehors des marchés publics, ce qui implique que les investisseurs n’ont pas accès à la même liquidité que les titres cotés en bourse. Avantages du Private Equity Les avantages du Private Equity sont nombreux et il est important de les comprendre avant de s’engager dans ce type d’investissement. Tout d’abord, les investisseurs auront l’occasion de participer activement à la gestion de l’entreprise, ce qui signifie que leur influence sur la stratégie et le fonctionnement de l’entreprise sera plus importante. De plus, les investisseurs pourront bénéficier de retours plus élevés que ceux qui sont généralement disponibles sur les marchés publics, car ils bénéficient d’une prise de risque plus faible et d’une plus grande flexibilité quant à la manière dont ils choisissent d’investir leur argent. Risques du Private Equity Malgré les nombreux avantages du Private Equity, il faut également comprendre les risques potentiels qui y sont associés. Tout d’abord, comme il s’agit d’investissements privés, les données sur la rentabilité et le rendement ne sont pas publiquement disponibles, ce qui peut rendre difficile pour les investisseurs de savoir où investir et quand vendre leurs parts. De plus, comme les investissements dans les entreprises non cotées sont effectués en dehors des marchés publics, les investisseurs ne seront pas en mesure de liquider facilement leurs attentes en cas de besoin. Enfin, le Private Equity est soumis à des politiques et à des réglementations strictes, ce qui peut entraîner des coûts supplémentaires pour les investisseurs. Investir en Private Equity c’est quoi et quels sont les risques ? En conclusion, le Private Equity peut offrir aux investisseurs des avantages considérables et une plus grande flexibilité que les marchés publics. Cependant, il est important de comprendre les risques qui sont associés à ce type d’investissement, tels que la manque de liquidité et les réglementations strictes. Dans l’ensemble, le Private Equity est un excellent moyen pour les investisseurs de diversifier leurs portefeuilles et de maximiser leurs gains, mais il est important que les investisseurs comprennent les risques qui y sont associés avant de s’engager dans cette forme d’investissement. [...] Lire la suite…
Bourse : que faire si les marchés baissent ? La bourse peut être un moyen rentable d’investir et de gagner de l’argent, mais elle peut aussi être une source de stress si les marchés baissent. Les investisseurs doivent donc savoir comment naviguer dans les eaux agitées des marchés à la baisse afin de maintenir leurs portefeuilles en sécurité et de profiter de toutes les opportunités offertes par un marché à la baisse. Dans cet article, nous discuterons des meilleures façons de réagir aux marchés à la baisse et de mettre en œuvre des stratégies pour protéger votre portefeuille et votre argent. Comprendre le marché à la baisse Avant de discuter des stratégies à adopter pour naviguer avec succès sur un marché à la baisse, il est important de comprendre ce que signifie un marché à la baisse. Un marché à la baisse est un état du marché financier où les prix des titres sont en baisse et que l’enthousiasme des investisseurs est très limité. Les marchés à la baisse sont généralement causés par des incertitudes économiques, des problèmes politiques et des conditions météorologiques défavorables. Stratégies à adopter Maintenant que nous avons compris ce qu’est un marché à la baisse, nous devons examiner les stratégies à adopter pour survivre à un tel marché. La première chose à faire est de prendre du recul et de ne pas être pris au dépourvu par un marché à la baisse. Les investisseurs doivent être conscients des risques et des probabilités liés aux investissements et être prêts à réagir en cas de baisse des marchés. Deuxièmement, il est conseillé de limiter les pertes en vendant les actions qui perdent de la valeur. Cela peut sembler contre-intuitif, mais en réalité, c’est la meilleure façon d’assurer la sécurité de votre portefeuille et d’empêcher les pertes excessives. Troisièmement, les investisseurs devraient se concentrer sur des secteurs qui sont généralement moins affectés par un marché à la baisse. Ces secteurs peuvent inclure l’immobilier, les produits de base et la santé. En investissant dans ces secteurs, les investisseurs peuvent réduire le risque de perte et tirer parti des opportunités offertes par un marché à la baisse. Enfin, une bonne stratégie consiste à utiliser des options pour maximiser les gains et réduire les pertes. Les options peuvent aider à diversifier les portefeuilles, à réduire le risque et à capturer des gains potentiels. Les contrats à terme et les options sur devises sont quelques-unes des techniques courantes que les investisseurs peuvent utiliser pour tirer le meilleur parti d’un marché à la baisse. Bourse : que faire si les marchés baissent ? Les marchés à la baisse peuvent être effrayants, mais il est possible de naviguer avec succès dans les eaux agitées d’un marché à la baisse. En comprenant ce qu’est un marché à la baisse et en adoptant les bonnes stratégies, les investisseurs peuvent minimiser les risques et saisir les opportunités offertes par un marché à la baisse. [...] Lire la suite…
Qu’est-ce qu’un PEL (Plan épargne logement) ? Le Plan épargne logement (PEL) est un produit bancaire très populaire qui permet aux Français de se constituer un patrimoine tout en obtenant des avantages fiscaux. Il est proposé par les banques et les organismes financiers depuis des décennies et il est accessible à tous ceux qui souhaitent constituer une épargne pour le long terme avec une fiscalité avantageuse. Dans cet article, nous allons examiner ce qu’est exactement un PEL, comment il fonctionne et quels sont les avantages et inconvénients à prendre en compte avant de souscrire à un plan. Qu’est-ce qu’un PEL ? Un Plan Épargne Logement (PEL) est un produit bancaire destiné aux ménages français qui souhaitent se constituer un patrimoine par l’épargne tout en bénéficiant d’avantages fiscaux. Le PEL est géré par les banques et les organismes financiers et est offert sous forme de compte d’épargne réglementé et bloqué pendant une durée maximale de 10 ou 15 ans. Les fonds placés sur un PEL sont garantis par l’État et ne peuvent être retirés qu’avec le consentement des autorités fiscales. Comment fonctionne un PEL ? Le principe d’un PEL est simple : l’épargnant verse un montant mensuel sur son PEL et bénéficie de plusieurs avantages fiscaux. Les intérêts sont alors calculés selon un taux fixe. La durée maximale du plan est de 10 ou 15 ans selon le type de PEL choisi, mais l’épargnant peut le clôturer à tout moment s’il le souhaite. De plus, le capital investi est garanti par l’État. Avantages et inconvénients d’un PEL Un des principaux avantages du PEL est qu’il offre des avantages fiscaux intéressants. Les intérêts acquis sont exonérés d’impôt sur le revenu jusqu’à un plafond déterminé. De plus, le capital investi est garanti par l’État, ce qui en fait un placement particulièrement sûr et rentable. Cependant, il existe certains inconvénients à prendre en compte. Le taux d’intérêt est généralement inférieur à celui des autres produits d’épargne, et le plan est bloqué pendant la durée maximale, ce qui limite la flexibilité. Qu’est-ce qu’un Plan épargne logement (PEL) ? En conclusion, un Plan Épargne Logement (PEL) est un produit bancaire permettant aux ménages français de constituer un patrimoine et de bénéficier d’avantages fiscaux intéressants. Il est géré par les banques et les organismes financiers et est accessible à tous ceux qui souhaitent constituer une épargne pour le long terme. Bien qu’il offre des avantages fiscaux intéressants et que le capital investi est garanti par l’État, il existe certains inconvénients à prendre en compte, comme un taux d’intérêt inférieur à celui des autres produits d’épargne et un plan bloqué pendant la durée maximale. [...] Lire la suite…
Quel est le rendement que l’on peut attendre d’un PEA ? Le PEA, ou Plan d’Epargne en Actions, est un moyen très populaire pour les investisseurs français afin de placer leurs actifs en bourse. Il s’agit d’un produit à long terme qui a été conçu pour permettre aux investisseurs de répartir leur capital sur plusieurs années et de bénéficier des rendements de la bourse. Mais quel est le véritable rendement que l’on peut attendre d’un PEA ? Quels sont les avantages et les inconvénients d’investir dans un PEA ? Dans cet article, nous allons analyser en détail le rendement qu’un investisseur peut attendre d’un Plan d’Epargne en Actions. Avantages d’un PEA Les avantages du PEA sont nombreux et variés. Tout d’abord, un PEA permet de diversifier son portefeuille et de minimiser le risque d’investissement. De plus, le PEA permet aux investisseurs de bénéficier des avantages fiscaux liés à l’achat d’actions. En effet, les gains en capital et les dividendes générés par un PEA sont exonérés d’impôts pendant toute la durée de l’investissement. En outre, la majorité des plans d’épargne en actions offrent des frais de gestion réduits, ce qui rend leur rentabilité encore plus importante. Rendement attendu d’un PEA Le rendement que l’on peut attendre d’un PEA dépend d’un certain nombre de facteurs. Tout d’abord, il faut prendre en compte le type de produit choisi et le profil de risque de l’investisseur. Les produits à plus faible risque (tels que les fonds à capital garanti) offriront naturellement des rendements plus modestes que les produits à plus haut risque, tels que les actions individuelles. La durée de l’investissement est également un facteur important : plus l’investissement est à long terme, plus le rendement est susceptible d’être important. Enfin, le rendement attendu dépendra du marché boursier et de l’évolution des titres sous-jacents. Quel est le rendement que l’on peut attendre d’un PEA ? En conclusion, le rendement que l’on peut attendre d’un PEA dépend de nombreux facteurs, notamment le type de produit choisi, le profil de risque de l’investisseur et la durée de l’investissement. Pour les investisseurs, le PEA offre une multitude d’avantages, notamment une diversification du portefeuille, une fiscalité avantageuse et des frais de gestion réduits. Cependant, il est important de se rappeler que le marché boursier est imprévisible et que le rendement ne peut donc pas être garanti. [...] Lire la suite…